jeudi 23 mars 2017

Les Annales du Disque-Monde (Terry Pratchett)

Dans un monde posé sur quatre éléphants en équilibre sur la carapace d'une tortue dérivant dans l'espace, une bande de mages, sorcières, gardes, héros, marchands, fonctionnaires, touristes, trolls et tout le reste s'agitent vainement en attendant la Mort. Ça tombe bien, il (*) visite souvent le coin.

* Oui, la Mort est du genre masculin.




   

Les Annales du Disque-Monde : volumes 1 à 36 (1983-2015)

La Huitième Couleur
Le Huitième Sortilège
La Huitième Fille
Mortimer
Sourcellerie
Trois sœurcières
Pyramides
Au guet !
Faust Éric
Les Zinzins d'Olive-Oued
Le Faucheur
Mécomptes de fées
Les Petits Dieux
Nobliaux et Sorcières
Le Guet des orfèvres
Accros du roc
Les Tribulations d'un mage en Aurient
Masquarade
Pieds d'argile
Le Père Porcher
Va-t-en-guerre
Le Dernier Continent
Le Dernier Héros
Carpe jugulum
Le Cinquième Éléphant
La Vérité
Procrastination
Ronde de nuit
Le Régiment monstrueux
Timbré
Jeu de nains
Monnayé
Allez les mages !
Coup de tabac
Déraillé
The Shepherd's Crown (en cours de traduction)


Si l'on compte une moyenne de 300 pages par volume composant ces imposantes "Annales du Disque-Monde", un calcul basique indique une somme de plus 10000 pages d'aventures poilantes. Ça fiche le tournis, surtout lorsqu'on découvre qu'il faut y ajouter encyclopédies, livres pour enfants, adaptations en jeux vidéo, bandes-dessinées et autres hors-série. Dingue. Mais comment fait Pratchett ? Après avoir lu un tiers de l'oeuvre et ayant la ferme intention de continuer, j'ai quelques éléments de réponses. 
Tout part de la création d'une cosmogonie aussi absurde que n'importe quelle religion : un Disque-Monde plat et circulaire, juché sur une tortue nommée A'Tuin se déplaçant dans le vide intersidéral. Avec, comme précisé en introduction, quatre éléphants entre la planète et le reptile à carapace. Sur cette terre médiévale-fantastique parodique on croise quelques héros bien connus, tels Cohen le Barbare vieillissant ou l'inventeur-peintre-savant Léonard de Quirm (pas De Vinci). Mais surtout on s'attache aux personnages principaux : Rincevent le Mage couard, Mémé Ciredutemps la Sorcière pragmatique, la Mort et sa découverte du monde des vivants, le Capitaine du Guet d'Ankh-Morpork, un bibliothécaire qui fait "Ook" et une ribambelle de créatures, Dieux et Déesses qui tuent le temps en attendant... en attendant quoi, exactement ?
Chaque roman va s'intéresser à l'une ou l'un dans une aventure unique, mettant en avant des thématiques comme les rapports hommes-femmes, la science face aux croyances ou le racisme. L'ensemble est touillé dans une Fantasy débridée avec des références parodiques aux mythologies (de l’Égypte ancienne à Cthulhu) et aux arts contemporains (Cinéma, Musique, etc). Des inventions de génie à chaque fois, des clins d’œil complices au lecteur en permanence, de la bonne humeur à tous les étages et dans toutes les dimensions visitées, le Disque-Monde ne déçoit jamais.