samedi 4 août 2018

The Revenant

"I'm the king of the world !"

(2016 - Réalisé par A. G. Iñárritu) ****
Dans les années 1820 l'explorateur Hugh Glass et son fils Indien guident les trappeurs sur les territoires sauvages le long de la rivière Missouri. Lorsque le camp est soudainement attaqué par une tribu indienne, chacun tente de sauver sa vie tout en préservant le précieux stock de fourrures.

Depuis des années le réalisateur et sa star avaient dans les mains cette histoire de revanche homérique. Il leur manquait juste les moyens financiers pour tourner l'épopée en décors naturels et un scénario qui aille au-delà d'une simple course-poursuite à travers l’Amérique naissante. Après avoir suivi Michael Keaton dans "Birdman", Alejandro Iñárritu réutilise sa caméra baladeuse pour filmer les grands espaces de la conquête de l'ouest et un DiCaprio en mode "performance d'acteur". Fort heureusement le projet ne se limite pas à observer combien Leonardo vit intensément les terribles épreuves que le destin lui envoi lors de sa longue quête vengeresse. The Revenant montre un contexte, ses pionniers issus de l’immigration Européenne face aux natifs Américains qu'on appelle toujours Indiens, ce choc de cultures diamétralement opposées entre des tribus en compétition pour le contrôle de territoires et l'Homme Blanc principalement préoccupé par le profit qu'il peut tirer de cette nature vierge.
L'histoire vraie de Hugh Glass, laissé pour mort dans un environnement hostile après avoir subi des tourments autant physiques que psychologiques, sert de fil rouge vers une rédemption finale. Sa longue traversée hivernale est ponctuée de rencontres tantôt funestes tantôt favorables. En parallèle on suit le trajet de son bourreau, celui qui lui a tout pris, autant par cupidité que par instinct de survie dans des circonstances imprévisibles et un contexte franchement inhospitalier. 
Le style fluide du film est parfaitement adapté à son propos. Pas de frénésie, des plans-séquence souples et étirés embrassant la totalité d'un paysage magnifique et s'approchant au plus près des personnages dans un souffle ample, qui impliquent émotionnellement le spectateur comme peu de films, toujours au cœur d'une action chorégraphiée de main de maître. Même si certaines envolées mystiques auraient pu être un chouia raccourcies, l'odyssée mérite d'être vécue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire