mercredi 10 février 2016

Brazil

(1985 - Réalisé par T. Gilliam) ****

Quelque part au XXe siècle dans une société ultra-bureaucratique, le petit fonctionnaire Sam Lowry fait profil bas pour vivre tranquille. Ses seuls moments d'évasion sont dans ses rêves, lorsqu'il peut enfin échapper à ce monde technocrate absurde et s'envoler vers sa muse, mystérieuse inconnue. Un petit bug informatique va déclencher une série d'événements dramatiquement comiques et forcer Sam à prendre en main sa destinée.

Version comique mais finalement aussi désespérante du Roman "1984" d'Orwell, Brazil s'attache à décrire une société déshumanisée à force de normes et de règlements étouffant l'individu. Dans cette dictature fictive, Big Brother prend la forme symbolique de tuyaux s'infiltrant partout, depuis les bureaux gris des Ministères jusqu'aux logements étriqués du peuple entassé dans des mega-buildings sans âmes. L'anti-Héros Sam est un petit bonhomme subissant sa vie solitaire, qui prend bien soin de ne pas faire de vagues. 
A ce sombre tableau Terry Gilliam appose sa touche inimitable d'humour Monty Pythonesque, cette dose de surréalisme dans un univers où rien ne fait sens, en caricaturant notre propre société occidentale pour montrer ses dysfonctionnements et ses travers. Tout est corrompu derrière l'apparence de la normalité légale : les employés n'en branlent pas une dès que leur pleutre chefaillon a le dos tourné, on mange de la bouillasse surmontée d'une photo de l'aliment original, les plombiers doivent se mettre hors la loi pour pouvoir faire leur job normalement, les gens se font emprisonner sur simple erreur de patronyme, la chirurgie esthétique impose l'illusion de la jeunesse... A bien y réfléchir, Brazil n'est pas si caricatural que cela : simplement en avance sur son temps. La preuve : lorsque notre brave Sam tente de sortir la tête de la médiocrité ambiante, on découvre le seul échappatoire possible lors d'un bien cruel twist final. On rit jaune, mais on rit quand même.