vendredi 28 février 2003

Playlist Terence Trent D'Arby


She kissed me   (Symphony or Damn - 1993)
Wishing Well   (Introducing the Hardline According to TTDA - 1987)
O Divina   (Wildcard - 2001)
Do you love me like you say?   (Symphony or Damn - 1993)
Let her down easy   (Symphony or Damn - 1993)
Shalom   (Wildcard - 2001)
Neon Messiah   (Symphony or Damn - 1993)
F and J   (Symphony or Damn - 1993)
Dance Little Sister   (Introducing the Hardline According to TTDA - 1987)
Vibrator   (Vibrator - 1995)
Supermodel Sandwich   (Vibrator - 1995)
Designated fool   (Wildcard - 2001)
Sayin about you   (Wildcard - 2001)
Perfumed Pavillion   (Vibrator, B-Side - 1995)
Supermodel Sandwich with Cheese   (Vibrator - 1995)
Castilian Blue   (Symphony or Damn - 1993)
Come to me   (Symphony or Damn, B-side - 1993)
The inner scream   (Wildcard - 2001)
SRR666   (Wildcard - 2001)

dimanche 2 février 2003

SIM CITY 4

Fun 8/10
Technique 7/10
Style Simulateur de maire !
Infos Maxis - EA Games / Minimum Pentium III ou AMD Athlon / Solo et Multi
Testé sur : AMD Athlon 1800+XP / Windows XP / 512 Mo SDRam / GeForce 2 Titanium 64 Mo / SBlive


Le Full Time Job

Les jeux vidéo c'est un peu comme à la télé, il y a des séries qu'on suit avec plaisir même lorsqu'on les connaît par coeur. Prenez par exemple "Amicalement Votre", on en est à la 1250e diffusion, mais quand je tombe sur un épisode sur M6, y'a rien à faire je reste scotché ;-) Et bien je subi pour mon plus grand plaisir une malédiction identique concernant le jeu Sim City qui remonte presque à l'age d'or du "vidéo game", la fin des 80's (aahhh L'Atari et l'Amiga !). L'éditeur Maxis n'a cessé de creuser le filon pendant les années 90 avec ce jeu au concept simple : prendre la place d'un maire et bâtir une mégapole (mégalo-pole plutôt) à partir de rien ! La série des SC fait partie de ces grands jeux intemporels comme Civilization qui vous sautent à la gorge et ne vous lâchent plus, le genre de jeu qui sont des "Full Time Job" sans fin. Alors après les versions 2000 et 3000, que nous proposent les auteurs de ce Sim City 4 ?

Les bases du jeux sont toujours là : on retrouve le concept des trois types de zones, Résidentielles, Commerciales et Industrielles, avec chacune trois niveaux de "densité" représentant le type de bâtiments qui seront construit dessus (en gros : petite taille, moyenne et grande). Le joueur devra pour commencer sa cité créer chacune de ses zones et les relier à une source électrique (éolienne ou centrale) pour voir les habitants surgir ! Le cauchemar pourra alors commencer pour le pauvre maire en herbe... Car malgré les $100.000 (enfin les auteurs appellent l'argent local les simflouzes) de capital de départ, vous vous apercevrez rapidement que votre pécule fondra comme neige au soleil au fur et à mesure de vos investissements. Il faudra savoir agir en bon gestionnaire et suivre les indications de vos conseillers pour espérer voir un jour votre ville devenir une mégapole internationale.
Au menu des réjouissances : mise en place d'un système éducatif performant, construction de casernes de pompiers et de commissariats, sans oublier les indispensables constructions "récréatives" telles que parcs, terrains de sport et autres places paysagées... Tout cela en respectant les demandes de vos habitants concernant la circulation, la pollution de l'air et de l'eau, la réduction des impôts et la maîtrise du budget global de la ville ! Et ceci ne représente que la base traditionnelle du jeu, à laquelle il va falloir ajouter toutes les nouveautés de ce Sim City 4e du nom...

Toute une région à vos pieds !

Une des choses qui surprend le plus lorsque que l'on découvre Sim City 4, c'est l'apparition d'une immense région sur laquelle vous allez sélectionner une toute petite portion de carte pour construire votre première ville. Chaque "mini-carte" contiendra donc une ville qui sera reliée avec les autres par des routes pointant vers l'extérieur de la zone de jeu. C'est ainsi qu'après quelques dizaines d'heures de jeu vous aurez 3 ou 4 villes commerçant entre elles grâce à des accords inter-urbains. Voila le joueur promu de petit maire d'un village de province à responsable régional !
Cette nouvelle caractéristique allonge la durée de vie de façon exponentielle, d'autant plus que vous vous apercevrez après quelques dizaines d'heures de jeu que le secret d'une région réussie passe par la spécialisation de chaque ville. Puisque vos habitants sont très sensibles à la pollution, pourquoi ne pas créer une ville-dortoir (une banlieue quoi) très fleurie et une ville-dépotoir avec un maximum d'industries polluantes ? Certes les connaisseurs savent qu'on atteint jamais vraiment l'équilibre parfait dans un Sim City, puisque les demandes évoluent sans cesse.
Par exemple vous commencez avec quelques zones résidentielles de faible densité avec une industrie agricole et de petits centres commerciaux. Le temps passe et vos administrés vous réclame des écoles, ce qui aura pour conséquence d'élever leur niveau d'étude, et donc de rendre petit à petit votre agriculture obsolète (évidemment je simplifie la procédure car d'autres paramètres sont pris en compte, un salut amical à nos amis paysans en passant ;-).

Les rues deviennent des routes, puis des auroroutes, on installe un système de bus, de métros, de trains, un aéroport, etc... C'est ainsi que vous verrez évoluer votre cité, construisant toujours plus de zones, en suivant grâce à la pléthore de graphiques et de courbes les besoins de vos sims. Et en parlant de Sims, l'autre nouveauté de ce SC4 est la possibilité d'importer vos personnages favoris du jeu "The Sims", autre série très populaire sur PC, et suivre leurs remarques et demandes individuelles (si vous n'avez pas de sims vous pourrez en créer directement dans le jeu). Ils s'intégreront à la ville après que vous leur ayez attribué un logement, puis vivront leur vie quotidienne sous vos yeux, vous alertant à chaque problème rencontré (du style : "mon quartier est minable", "j'aime pas mon job", "il y a trop de circulation", etc). Les conseillers seront eux aussi d'une grande utilité pour pointer le doigt sur ce qui fait cruellement défaut à vos choix. Ils n'hésiteront pas à donner l'alerte en cas de coup dur, par exemple une centrale électrique en fin de vie, un incendie (ou pire, une attaque de robot géant ;-), un budget en chute libre...

une 3D propre et nette

Le tout nouveau moteur graphique du jeu permet un mode observation au plus près (il y a 4 niveaux de zoom), et avec un peu d'habitude un maire saura déterminer ce qui manque à une ville rien qu'en suivant ce qui se passe dans les rues. Les configs PC moyennes (au hasard mon Athlon 1800 et sa GeForce 2) devront subir quelques ralentissements dès que la ville atteindra un certain épanouissement (au dela de 20 000 habitants) lors des zooms. Il faut dire que les détails sont hallucinants, imaginez que vous verrez même vos pompiers se prendre les pieds dans leurs lances incendie s'ils sont sous-payés, ou que vous assisterez à des manifs près des cliniques au budget trop serré !
Le plaisir de voir le style architectural des bâtiments se modifier au fur et à mesure de vos progrès reste un des must de la série, et cet épisode 4 ne faillit pas à la règle. En tant que Maire vous avez toujours l'option de défilement accéléré du temps, permettant de faire passer quelques années en 2 minutes pour visualiser instantanément vos modifications. Les fameuses récompenses sont toujours présentes, ainsi que les bâtiments gigantesques qui coûtent la peau du cul mais qui font tellement chic ;-). Le bonheur simple de pouvoir installer un sphinx immense ou de construire une statue à votre effigie au sein de votre ville fait partie du plaisir du joueur de Sim City. Le seul point qui n'ai pas évolué malheureusement reste la musique de type "supermarché", mélange de sous-jazz et de variétoche qui vous soulera après quelques heures. Du coté des bruitages il est regrettable qu'aucun son ne sort de la bouche de vos conseillers. Le reste des animations sonores reste assez moyen et répétitif, comme la série nous y habitue depuis le début.

Pour conclure il faut bien avouer que seuls les fans de stratégie "urbaniste" trouveront un quelconque intérêt à ce nouvel épisode. Il permet aussi de jouer "online" et de proposer vos créations aux autres joueurs sur internet, générant ainsi une communauté qui garanti de ne pas se lasser du jeu une fois votre région complétée. Le joueur débutant découvrira petit à petit toutes les astuces de ce jeu très profond, dans lequel chacun de vos actes à des conséquences. Le lifting graphique est tout à fait bienvenue, mais j'espère qu'un patch futur améliorera les blocages de 3 secondes qui arrivent à chaque zoom.